14-18, les fusillés (voir la vidéo)

14-18, les fusillés
14-18, les fusillés

Sujet longtemps tabou dans les hautes sphères politiques et militaires, archives inaccessibles au commun des mortels, un siècle après leur disparition, on ne sait toujours pas qui étaient les combattants fusillés par l’armée française en 1914-1918. Combien étaient-ils ? Qu’avaient-ils fait ? Quelles sont les véritables raisons de leur mise à mort ? Autant de questions qui restent encore aujourd’hui sans réponse et qui empêchent de connaître de façon objective cette population dans son intégralité.
À quelques mois du centième anniversaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale et, alors que certains s’interrogent sur une réhabilitation individuelle ou collective des fusillés de ce conflit, Frédéric Mathieu, chercheur indépendant spécialisé dans l’étude du monde combattant des 19e et 20e siècles, rend publique cette longue enquête menée sur les traces de 740 d’entre eux. Entre archives et terrain, l’auteur réalise une plongée aussi passionnante qu’émouvante au coeur de ce drame humain. Cet ouvrage sans concession ne saurait laisser personne indifférent. Les témoignages poignants de 130 soldats condamnés à mourir se mêlent à ceux de leurs camarades, choqués par l’horreur du « spectacle » auquel ils assistent. Les 40 portraits photographiques interpellent le lecteur, tout comme les rares clichés d’exécutions. Et quand, au détour d’une page, apparaissent un rapport médico-légal laconique et l’ébauche, à l’aquarelle, d’un corps criblé de balles, c’est toute la froideur et la brutalité de la guerre qui s’expriment.
Fruit d’une enquête minutieuse et sans concession, cet ouvrage révèle, pour la première fois, la face trop longtemps cachée des fusillés de la Grande Guerre.

14-18, les fusillés, de Frédéric Mathieu, éditions Sébirot, 4 rue d’Australie, 91300 Massy, 905 p., 29 euros.